Accueil > Que sont-ils devenus ?

Rubrique Actualités

Que sont-ils devenus ?

Le 7 novembre 2016 -

D’anciens élèves de la filière commerce-vente vous expliquent ce qu’ils sont devenus.

Vous allez pouvoir découvrir de nombreux témoignages d’anciens élèves du Lycée Pierre-Gilles de Gennes (site professionnel) issus de la filière professionnelle Commerce et Vente, dans une rubrique intitulée « QUE SONT-ILS DEVENUS ? ».

Il comporte une vingtaine de récits anonymes, un véritable livre d’or.

Les « anciens » s’y confient, parlent de leurs difficultés, de leurs surprises, leurs décou-vertes, mais aussi de leurs passions, de leurs réussites. Ils fournissent des détails sur leurs parcours, parfois semés d’embûches, tout en expliquant ce que la filière professionnelle Commerce et Vente leur a très souvent apporté. Ils évoquent également parfois leur logement « étudiant », leurs rencontres parfois déterminantes, leurs stages très souvent formateurs.

Certains donnent même des conseils aux actuels lycéens afin qu’ils ne commettent pas les mêmes erreurs … et restent optimistes quant à leur chance de trouver un emploi.

Leurs parcours sont riches, variés, vivants .

Ces témoignages sont classés dans 3 catégories que vous pourrez découvrir au fur et à mesure :
• 1- ceux qui ont poursuivi des études dans le vaste domaine des études commerciales.
• 2 - ceux qui ont utilisé leur formation commerciale pour bifurquer vers d’autres horizons.
• 3 - ceux qui ont très vite intégré le marché du travail.

Bonne lecture !

1 - Jordan S.

« J’ai obtenu le bac pro commerce en 2015 mention assez bien, je suis actuellement en 1ère année de BTS MUC (Management des Unités Commerciales) à Yzeure.
Les disciplines enseignées sont quasi les mêmes qu’en terminale mais le niveau n’est pas le même alors c’est plus compliqué, il faut s’accrocher.
Au début de l’année ce n’était que de simples "révisions" étant donné que je sortais de commerce, mais pour ceux qui venaient de STMG, ES ou même de L c’était une autre histoire. Au fur et à mesure du temps les cours deviennent plus compliqués et les notes commencent à baisser, en BTS ce n’est plus trop possible de ne pas travailler. Ma moyenne est d’environ 9,50.
L’ambiance dans la classe est assez sympa, les professeurs sont à notre écoute.
Au départ je devais aller en internat, seulement les places sont en priorité réservées au lycéen (2nde, 1ère et terminale). J’ai donc pris un appartement sur Yzeure et j’avoue que c’est vraiment bien d’être autonome, les deux premières semaines c’est un peu compliqué mais on s’adapte rapidement. Je suis en plus très bien placé, le lycée étant à 4-5 minutes de mon studio.
Ma 1ère année m’a quand même encouragé à continuer bien qu’au début je ne voulais même pas entendre parler d’un BTS et cette fois je compte bien réussir à réviser pour le décrocher !
J’avais fait des stages à Carrefour Market à Cosne Sur Loire et j’ai donc décidé de continuer là-bas.
En effet c’est assez intéressant de découvrir l’envers du décor dans une grande surface, quand on voit tout ce qui est fait sur informatique, à l’accueil. »

1 - Mary O.

« J’ai obtenu le bac pro Vente en juin 2015 avec la mention assez bien.
A l’issue, j’ai effectué des recherches pour poursuivre mes études en BTS NRC (Négociation et Relation Client) sur Bourges (18) à l’aide d’APB et également pour un CFA à Toulouse. Une fois trouvé, un dossier papier a été envoyé au CFA Commerce et Services de Toulouse pour un BTS MUC en alternance.
J’ai par la suite été acceptée dans un Carrefour Express en plein cœur de Toulouse.

Les disciplines de base sont toujours étudiées comme le français, l’anglais et l’économie-droit… Or, certaines étaient toutes nouvelles pour moi, par exemple, le management pur, la gestion des relations clients, des matières bien spécifiques mais qui demandent beaucoup d’heures de cours, minimum 3 heures par jour qui ne sont pas évidentes.
Les résultats varient entre 8 et 12 sur 20 au lycée et en entreprise et je n’ai que des bonnes appréciations.
L’ambiance est assez cool, un peu différente que dans un lycée, les professeurs sont moins stricts et nous considèrent plus comme des adultes.
Pour trouver un logement sur Toulouse, ce n’est pas si simple et surtout pour avoir un appartement pas trop cher et avec au minimum une chambre. Il faut s’y prendre assez tôt pour trouver un appartement d’au moins 20 m2 pour un loyer de 450 euros.
Les 2 années de Vente m’ont appris pas mal de choses …
Je suis devenue beaucoup plus professionnelle, grâce à mes stages et j’ai acquis beaucoup plus de connaissances dans les méthodes de vente et ce qu’était réellement le métier de la vente pure.
Le stage le plus intéressant effectué pendant mes 2 ans de bac s’est effectué dans l’entreprise Côté Cuisine, le tuteur est une personne à l’écoute et très compréhensible, le travail au sein de cette entreprise est intéressant et donne envie de connaître le métier de cuisiniste. »

1 - Alexis V.

« J’ai obtenu en 2015 le bac pro Commerce avec la mention bien. Cette formation en 3 ans m’a beaucoup apporté, notamment à vaincre ma timidité ou encore à être plus aimable et respectueux envers les autres.
J’ai réalisé 22 semaines de stage chez Sport 2000 à Cosne sur Loire, semaines très enrichissantes, j’ai pu découvrir le fonctionnement de cette entreprise ainsi que le métier de vendeur, j’ai également pu acquérir et développer au fil du temps, des compétences afin d’être formé au métier de vendeur. Le patron de Sport 2000 a été très satisfait de mes performances et m’a proposé quelques CDD par la suite, c’est pourquoi le choix du lieu de stage est très important, être bien dans une entreprise qui répond à nos attentes et pourquoi pas décrocher un travail à la sortie du BAC.
Je suis actuellement en 2016, en BTS MUC au lycée Raoul Follereau de Nevers. Cette formation se réalise sur 2 années et forme les étudiants au métier de manageur.
Le Bac pro commerce apporte des compétences dans les matières professionnelles, en revanche, dans les matières générales, il faut savoir s’adapter au rythme.
Ce BTS n’est pas insurmontable, j’assure quand même les 10/11 de moyenne (j’avais 14 de moyenne en bac pro). Il faut de l’organisation et un minimum de travail. Le BTS MUC est une formation de type BAC+2 qui est déjà plus appréciée par les entreprises qu’un simple bac pro commerce.
Au sein de cette formation, 16 semaines de stages doivent être réalisées en entreprise, je les ai effectués à la Caisse d’Epargne de Cosne sur Loire puis au club vert de Nevers et celui de Cosne sur Loire.
La banque et le sport sont 2 secteurs totalement opposés mais les Unités Commerciales en rapport avec le sport répondent plus à mes attentes et ce choix est stratégique par rapport à ce que je veux faire plus tard (BPJEPS = formation en 1 an pour devenir coach sportif).
A Nevers, je loge dans un appartement qui a été assez compliqué à trouver près du lycée et pas trop cher. »

1 - Léa H.

« J’ai obtenu mon bac pro commerce en 2015 avec la mention assez bien, je devais continuer en BTS MUC à Avallon au lycée des Parcs des Chaumes mais j’ai arrêté. Après une année sabbatique, je suis en BTS MUC au lycée privé Maximilien de Sully à Marseille et j’ai un logement. »

1 - Cindy B.

« J’ai eu mon bac pro commerce en 2011. J’ai ensuite intégré l’EGC (Ecole de Gestion et de Commerce) de Nevers sur concours et j’ai fait ma licence en 3 ans après le bac.
Cette école m’a plu pour les matières professionnelles qui sont intéressantes telles que : - gestion - marketing - communication - langues vivantes - économie et droit - commerce international ...
Ainsi que l’année et de demie de stages à effectuer dont 3 mois à l’étranger où j’ai eu la chance d’être prise chez une styliste aux Bahamas.
J’ai par ce fait pu passer 15 jours à New York et Miami ce qui a enrichi mon expérience personnelle également et voir d’autres coutumes et cultures.
Je vivais toujours chez mes parents pendant mon cursus scolaire donc pas de logement ou autres.
Cela fait 2 ans que je suis embauchée en CDI à Family Sphere, je suis chargée de clientèle et assistante aux ressources humaines. Mon objectif d’avenir est de devenir directrice des ressources humaines. »

1 - Camille V.

« Je suis actuellement en dernière année de DUT techniques de commercialisation en alternance sur Auxerre. J’ai obtenu mon bac pro Vente mention bien en 2013.
Après cela j’ai voulu m’orienter vers un BTS Commerce International au lycée Choiseul sur Tours, qui a été un échec pour ma part dans la mesure où les cours ne correspondaient pas à ce que je pensais. Les cours étaient beaucoup trop théoriques pour moi, il faut savoir parler anglais couramment pour s’en sortir, l’ambiance et les obligations du lycée ne me convenaient plus.
Je voulais rentrer dans le monde du travail mais également continuer mes études. C’est pour cela que j’ai choisi la voie de l’alternance avec l’IUT de Dijon-Auxerre.
Les matières principales dans ce domaine sont : la Négociation, l’environnement international, les langues, l’expression et la communication, le Marketing, la Communication Commerciale etc. Ce que j’apprécie dans le DUT, c’est qu’à chaque semestre nos matières changent, les partiels sont en CCF, le seul examen que l’on a réellement c’est la soutenance de notre rapport d’activités à chaque fin d’année. La plupart du temps, ceux qui nous font cours sont des intervenants d’entreprise et non des professeurs, donc ils s’adaptent beaucoup à nous.
La matière qui me plait le plus est la négociation.
Pour le moment, j’ai validé mes 3 semestres avec 13 de moyenne. Les devoirs ne sont pas compliqués, on passe beaucoup à l’oral et nous sommes très souvent en groupe de 3 ou 4 pour les cas pratiques. Dans notre classe nous sommes 13, donc l’ambiance est plutôt bonne. La seule chose qui est dommage c’est que nous ne sommes pas forcément confrontés aux autres élèves de l’IUT, vu que nous ne sommes pas souvent là.
Mis à part cela, je travaille chez Siemens Building Technologies à Dijon en tant qu’assistante commerciale. L’IUT nous a aidés à trouver les entreprises. J’assiste les commerciaux dans leur rendez-vous clientèle, je présente aux clients des contrats de maintenance, négocie avec eux le prix et pour finir je m’occupe des commandes clients.
J’ai dû prendre deux appartements, j’ai mon appartement à Dijon et je vis en colocation sur Auxerre avec d’autres étudiants. Personnellement, je pense que vivre seul nous apprend à grandir et à devenir indépendant. Après tout dépend de la personnalité que l’on a, si l’on n’aime pas vivre seul, vaut mieux être en colocation.
Après l’obtention de mon diplôme, je compte faire une Licence professionnelle Management et Gestion de la Relation Clientèle à Lyon en alternance chez EDF, ou bien si je suis retenue chez L’Oréal à Paris.
Pour finir, après ma licence je compte faire un DUETI auprès de l’université de Zagreb en Croatie pour pouvoir parler l’anglais couramment, ce qui m’aidera dans l’avenir. »

1 – Maud M. 
« J’ai eu mon bac pro commerce en 2015 avec la mention bien. Actuellement je suis un BTS MUC au lycée Raoul Follereau de Nevers en alternance dans une bijouterie de Nevers.
Les disciplines enseignées sont Management et gestion des unités commerciales, gestion des relations commerciales, développement de l’unité commerciale, management des entreprises, droit, économie, anglais, culture générale, informatique commerciale et communication. Celles qui me plaisent le plus sont les matières professionnelles.
Les résultats obtenus sont moyens globalement, il faut beaucoup travailler et surtout cela demande plus d’efforts et d’organisation lorsque l’on est en alternance.
L’ambiance dans la classe est plutôt bonne en globalité.
Je suis dans un logement à Varennes-Vauzelles, ça n’a pas été trop difficile à trouver.
Ces deux années en bac pro m’ont apporté beaucoup de savoir mais aussi de la confiance en moi dans les entreprises et en cours. Deux bonnes années avec des bons professeurs qui ont été toujours là quand on avait besoin.
Je suis en alternance dans une bijouterie à Nevers c’est une entreprise intéressante où il y a beaucoup de choses à apprendre. »

1 – Ophélie C

« J’ai eu mon bac pro commerce durant l’année scolaire 2014/2015 avec la mention Bien.
Ensuite, je suis rentrée au Lycée Raoul Follereau à Nevers pour faire un BTS MUC.
Nous étudions plusieurs disciplines : L’anglais, La culture générale, L’économie et le droit, la gestion et la relation Commerciale, le Management et la gestion des entreprises, l’informatique Commerciale, la communication, le développement des unités commerciales et le management des entreprises.
Pour moi les meilleures matières sont les matières professionnelles.
En première année, le premier trimestre était très dur, il faut s’habituer au rythme BTS ma moyenne était de 10.80, le deuxième trimestre il faut suivre une cadence plus élevée et un entraînement au BTS est organisé. Ma moyenne était de 11.60.
Les matières les plus dures étant l’anglais, la culture générale, l’économie et le droit surtout si notre Bac était professionnel.
L’ambiance en général est bonne et studieuse car il faut suivre le rythme imposé par les professeurs. Tous les élèves s’entraident.
Au niveau du logement, je fais le trajet Cosne-Nevers tous les jours en voiture ! C’est dur mais c’est un rythme à prendre.
Sur ces trois ans de Bac j’ai pris confiance en moi, j’ai surtout réalisé que les études étaient très importantes pour mon avenir ! Les professeurs sont là pour nous aider et nous accompagner pour l’obtention du bac et pour la suite des études !
En ce qui concerne le BTS nous avons 4 mois de stage sur les deux ans avec des missions à réaliser qui sont très intéressantes, comme par exemple la mise ne place d’une action promotionnelle, la mise en place d’animation ou encore dynamiser l’offre du point de vente, faire des études de marché etc..
Je réalise tous mes stages dans l’entreprise King Jouet de Cosne Sur Loire. »

2 - Lindsay T.

« J’ai eu mon bac pro commerce en 2015 et je n’ai pas continué mes études. J’ai appris beaucoup pendant ces 2 ans, j’ai effectué mes stages à Empreinte, magasin de chaussures pour femme à Cosne sur Loire dans la rue piétonne, ma tutrice Nathalie m’a beaucoup appris sur la gestion d’un magasin. Actuellement je me suis réorientée sur la vente en réunion. »

2 - Vivien A.

« Suite au bac pro vente, j’ai décidé de me réorienter. A l’heure actuelle je suis en fin de formation moniteur éducateur, dans la filière du social.
Si j’ai été pénible à l’école, j’aime aujourd’hui prendre du temps à m’occuper de personnes qui connaissent des difficultés.
Je serai peut-être diplômé cette année et je souhaite travailler dans un foyer de l’enfance. Le bac m’a appris à argumenter les causes que je défendais, et à être à l’aise avec certains écrits professionnels. Et il m’a aussi permis de passer mon concours. »

2 - Laura L.

« J’ai eu mon bac pro commerce en 2012, sans mention. J’aimais la vente plus que les autres matières et le français. Les points faibles étaient les maths et le commerce. J’ai obtenu des résultats moyens pendant 3 ans. L’ambiance était très bonne, j’ai beaucoup de bons souvenirs. J’étais interne pendant ma scolarité. Les cours de vente m’ont appris à bien m’occuper des clients, à reconnaître son importance dans le commerce. La vente m’a appris que le contact avec les gens était totalement fait pour moi. Et je prépare actuellement le concours pour être surveillante de prison, j’étais avant dans la gendarmerie. »

3 - Alexandra L.

« J’ai eu mon bac pro commerce en 2013 avec une mention assez bien.
Je souhaitais continuer mon cursus dans le domaine bancaire mais aucun patron ni aucune école ne m’ont accordé leur confiance.
Je suis donc restée environ 1 an et demi à faire des missions d’intérim.
J’ai continué à postuler et enfin j’ai eu un entretien pour être employée commerciale à Aldi à Aubigny sur Nère.
Le responsable malgré mon manque d’expérience et mon manque de confiance en moi a accepté de m’embaucher en CDI avec une période d’essai de 2 mois.
Aujourd’hui, je suis employée principale à Gien et je m’épanouis totalement dans mon travail.
J’ai trouvé une maison que je loue à côté d’Aubigny sur Nère.
Quand on quitte le lycée, on n’est plus du tout dans une bulle où on est accompagné au quotidien. Une fois sorti de ce monde, on est livré à nous-même, obligé d’apprendre à nous débrouiller pour nous en sortir, trouver du boulot et ne pas rester chez soi à ne rien faire. »

3 - Elvira M.
« J’ai obtenu mon bac pro vente en 2015 mention assez bien. Je n’ai pas continué mes études malgré un retour positif d’un BTS NRC.
J’ai eu l’opportunité d’avoir un poste de vendeuse en CDI directement dans un magasin de bricolage. Lorsque je suis arrivée en seconde commerce/vente ce n’était pas ce que je voulais faire, mais finalement, je me suis rendue compte que c’était ce qui est fait pour moi. J’ai fait plusieurs stages dans le commerce, mais ce qui m’a le plus passionnée c’est la vente. J’ai effectué 2 de mes stages chez ORPI à Nevers qui se sont très bien passés. Ils m’ont énormément appris et grâce à mes connaissances, j’ai réussi mon épreuve de négociation. Aujourd’hui je suis épanouie dans mon travail et j’évolue de jour en jour grâce à mon diplôme. J’apprends énormément et j’enseigne même auprès d’anciens. »

3 - Yoan N.

« J’étais en bac pro Vente. Je suis actuellement responsable rayon frais chez Intermarché dans le Jura et en plus lors de soirées, je suis responsable de salle et cave dans une discothèque. »

3 - Alicia G.

« J’ai eu mon bac pro commerce en 2012 avec la mention assez bien.
A la sortie du lycée j’ai pu trouver un emploi qui a vite débouché sur un CDI.
Au lycée on travaillait beaucoup les calculs commerciaux, c’est d’ailleurs ce que je préférais, et au travail on s’en sert tout le temps. Ce que j’aimais au lycée professionnel c’est qu’on apprend vraiment les choses dont on aura besoin dans notre métier, on ne voit que le nécessaire, et moi qui avais du mal avec les études, je me suis sentie aidée par les professeurs au cours de mes trois années.
Grâce aux stages, on acquiert de l’expérience professionnelle, ce qui est un bon point pour trouver un emploi à la sortie des études.
Pour ce qui est de l’ambiance, c’est presque un monde " d’adultes". On devient plus autonome et plus mature.
Pendant mes différents stages j’ai rencontré plusieurs patrons, certains m’ont gardée pour travailler dans leur magasin s’ils avaient besoin de remplaçant ou pendant les fêtes, il faut vraiment faire de son mieux lors des stages, cela n’apporte que du positif. Le plus intéressant était Zoé Confettis, il suffit d’être un minimum créatif et bon vendeur. Grâce à ce stage, j’ai pu combattre ma timidité. J’ai aussi fait un stage à Carrefour qui m’a permis de voir le monde de la grande distribution, qui est totalement différent, un stage Au Sans Pareil et au Pareil Au Même, deux secteurs différents.
J’ai volontairement choisi plusieurs milieux, avec des clientèles différentes, pour voir dans quel genre d’endroit je préférais travailler.
Après le lycée, j’ai cherché à faire un BTS mais je ne pouvais pas me déplacer, et je n’ai rien trouvé dans la région et j’ai vite trouvé un emploi de vendeuse qui s’est transformé en CDI. »

3 - Amandine F.

« J’ai obtenu mon bac pro commerce durant l’année 2015, je n’ai malheureusement pas eu de mention. Je n’ai pas désiré poursuivre en BTS.
Au lycée, j’étais passionnée par les cours d’anglais et de vente.
L’ambiance dans notre classe de commerce a toujours été très bonne.
Depuis que j’ai quitté le lycée, j’ai emménagé chez mon compagnon et suis activement à la recherche d’un emploi depuis le mois de septembre, étant donné que je viens d’avoir 18 ans.
Je n’ai eu que des réponses négatives car je ne possède pas le permis de conduire, entre autres.
Cependant, je suis devenue serveuse dans un restaurant situé à Pouilly sur Loire et espère pouvoir signer bientôt pour un CDI
Les cours de vente m’ont apporté énormément de choses. J’étais quelqu’un de très timide à la base, mais grâce aux multiples oraux ainsi qu’aux prises de paroles en cours, j’ai gagné en assurance ainsi qu’une certaine aisance à m’exprimer face à des employeurs par exemple. »

3 - Marine P.

« J’ai eu mon bac pro vente en 2011 la première année où le bac pro était en 3 ans. J’ai travaillé dans différents domaines aussi bien de la mise en rayon, de la caisse, dans deux usines et actuellement je suis auxiliaire de vie. »

3 - Mallaury P.

« J’ai obtenu un CAP EVS, ce qui m’a permis de devenir chef de magasin en Alsace. J’avais commencé un bac pro commerce après mon CAP que j’ai arrêté. »

avril 2017 :

Rien pour ce mois

mars 2017 | mai 2017

Services en ligne

Restez informé